Entrevue Dominique ARRIBAGÉ

Défenseur central emblématique du Stade Rennais FC entre 1998 et 2004, Dominique Arribagé a répondu avec beaucoup de franchise et de sympathie aux questions souvenirs de ROUGE Mémoire le 12 septembre 2012. Actuellement en charge du recrutement au Toulouse FC, l'ancien capitaine rennais nous dit tout sur son histoire avec les Rouge et Noir.



"Rennes, d’abord c’est un choix par rapport à l’arrivée de Paul Le Guen"

Dernier match de 1997/1998, Rennes-Toulouse. Les Rennais sont condamnés à la victoire pour se maintenir. Vous vous en souvenez ?

Mon souvenir, c’était le dernier match de la saison, nous étions sauvés et Rennes jouait sa peau. À ce moment-là, je n’avais aucune idée que la saison suivante j’allais porté le maillot Rouge et Noir. Je suis donc parti au Stade de la Route de Lorient pour gagner ce match et donc j’étais très déçu de l’avoir perdu. A posteriori, le côté sympa de cette histoire c’est que j’ai signé au Stade Rennais deux mois après. Si nous avions battu les Rennais ce soir là, je n’aurais jamais connu cette aventure finalement. Je me souviens très bien du but de Kaba Diawara et de ce ballon au fond de nos filets.

Pourquoi le choix de Rennes ?

Rennes, d’abord c’est un choix par rapport à l’arrivée de Paul Le Guen. C’était également l’arrivée de François Pinault qui prenait les rênes du club cet été là. C’était le début d’une aventure avec un club qui se voulait ambitieux et une vraie terre de foot qu’est la Bretagne. Je crois que c’était un challenge intéressant à relever. Au final, il s’est révélé intéressant au vu de l’évolution du club lors des années qui ont suivies. Cela changeait par rapport aux années "yo-yo" D1/D2 qui avaient lieu au club quelques saisons auparavant. Nous avons vraiment réussi à installer le Stade Rennais durablement dans le gratin du foot français.

Votre premier match ne doit pas être un bon souvenir avec une lourde défaite à Bordeaux (4-0). Mais une série de 5 victoires consécutives dans la foulée avec vos titularisations successives. Lors de cette série, vous marquez votre premier but rennais pour une victoire à Toulouse (0-1).

Je ne me souviens pas du tout de ce match à Bordeaux mais le but à Toulouse, je m’en souviens très bien. C’est toujours particulier de revenir dans son club. J’ai un sentiment de beaucoup de fierté de retrouver tous ces gens que j’ai connu là-bas. Mais, il y aussi ce sentiment de planter un peu mes anciens coéquipiers et mon ancien club avec ce but. C’était très particulier à vivre.

Votre coach de l'époque est Paul Le Guen. Que gardez vous de lui et de son discours ?

C’est quelqu’un que j’ai vraiment apprécié par sa droiture, sa façon qu’il avait d’aborder ce nouveau métier pour lui. Il s’est énormément servi de son expérience de joueur pour faire au mieux dans son nouveau job. Je crois qu’il avait une approche qui m’a beaucoup plu. Les trois années que j’ai passé avec Paul Le Guen restent des moments que j’ai apprécié mais aussi et surtout des moments de réussite sportive.

Cette saison là est l’une des toutes meilleures réalisée par le Stade Rennais dans son histoire. Comment l’avez-vous vécue de l’intérieur ?

C’était particulier car il s’agissait d’une nouvelle aventure pour de nombreux joueurs recrutés durant cet été 1998. Malgré cela, une grosse osmose et une bonne ambiance se sont installés à l’intérieur de l’équipe. Avec beaucoup de nouveaux joueurs, c’est souvent difficile à créer mais cela s’est fait très naturellement. Durant quasiment toute la saison, nous sommes 3èmes et on décroche juste à la fin pour finir 5èmes. Sportivement, il y avait une énorme force qui se dégageait de cette équipe. C’était une grosse réussite sportive.

"Avec David Sommeil, nous étions ultra-complémentaires"

La saison 1999/2000, vous rejouez lors d’une large victoire contre Sedan (5-0) le 13 octobre 1999 qui relance l'équipe à la peine à ce moment là.

En début de saison, j’avais notamment manqué la confrontation contre la Juve en Intertoto. Mais je me souviens bien du match contre Sedan car l’équipe était vraiment en difficulté avant ce match. J’étais impatient de jouer mon premier match de la saison. Quand je rentre dans l’équipe et que ça marche, je suis forcément content. C’était un match important pour nous contre une équipe difficile à jouer. Ce soir là, il n’y avait pas eu photo et c’était le début de la remontée pour se sortir de cette mauvaise passe.

À l'époque, votre équipier en défense centrale était David Sommeil, que pouvez vous nous dire de lui ?

Avec David, nous avons vécu de très bons moments car nous étions ultra-complémentaires. Le temps que nous avons joué ensemble, je garde un sentiment que nous avons été performants. Il y avait vraiment une grosse complicité entre nous. J’en garde un très bon souvenir car en plus c’est un garçon très attachant qui avait toujours la joie de vivre et avec lequel je me suis très bien entendu. J’ai été très peiné par rapport à ce qui lui est arrivé par la suite.

Cette saison là a été très décevante et l'été 2000 est riche en dépenses à Rennes avec des recrues sud-américaines notamment. Comment avez vous vécu ça en tant que joueur ?

Nous les joueurs, nous ne sommes pas là à ce moment là pour commenter d’éventuelles dépenses faites par le club. On est une équipe en place, de nouveaux joueurs arrivent et on s’en fiche des 0 qui sont alignés derrière. L’important pour nous c’est d’avoir une équipe performante et de réussir. Que ça coûté 100 M€ ou 100 €, ce n’est pas notre problème. Quand ça ne marche pas, nous sommes tous concernés et nous nous efforçons de faire au mieux.

Cette saison là est marquée par une incroyable victoire à Guingamp (1-6) le 17 mars 2001. Qu'en gardez vous ?

Les confrontations avec Guingamp sont toujours particulières à Rennes. Ce n’est pas de l’animosité mais ce sont des gros derbys bretons. Tout est comparé à ce moment là, c’est le gros contre le petit, les paysans contre la ville... Tout ça est en jeu lors de ces matchs et nous sommes souvent attendus au tournant là bas. Ce sont des matchs très difficiles mais ce soir là ça déroule. Cela arrive très rarement dans une carrière de gagner 6-1 à l’extérieur. Gagner comme ça contre le voisin Guingamp, ça marque au fer rouge. C’est difficile à avaler pour Guingamp mais pour nous c’était la fête !

Vous avez marqué à 3 reprises contre Guingamp avec le Stade Rennais FC. Vous aviez une envie de marquer particulière contre l'En Avant ?

Pas du tout. Je ne savais pas que ma meilleure stat’ était contre eux, vous me l’apprenez. C’est bien, c’est peut-être l’atmosphère des derbys qui m’a réussi.

Nouveau coach en 2001/2002 avec Christian Gourcuff. Comment l’avez vous vécu d’un point de vue personnel ?

Cela a été une année difficile. Sportivement et humainement, ce n’est pas un bon souvenir. J’ai pas envie de taper sur Christian Gourcuff aujourd’hui, cela fait partie de la vie du footballeur. Il a eu du mal avec nous et nous avons eu du mal avec lui. Personne n’en garde un bon souvenir, ni lui ni les joueurs de l’époque. X raisons ont fait que cela n’a pas marché. D’abord, il devait arriver en janvier 6 mois avant. En plus, il y a eu une campagne de presse assez particulière et pro-Gourcuff alors que tout le groupe était attaché à Paul Le Guen à ce moment là. Nous avions sauvé la tête de Paul en janvier et nous avions fini la saison avec lui. Tout ça fait que Christian Gourcuff n’est pas arrivé dans des conditions super favorables. Lui ne s’est pas adapté et les joueurs non plus. Chacun a eu sa part de responsabilité et nous avons fait une pâle saison.

"Le meilleur souvenir, c'est ma première saison avec le Stade Rennais"

Chamboulement à l'été 2002 avec les arrivées du président Emmanuel Cueff, de Pierre Dréossi et de Philippe Bergeroo. Quel pouvez vous nous dire sur ce changement radical ?

C’est un peu le départ d’une nouvelle aventure, Rennes se reconstruit et Pierre Dréossi fait des choix. Nous, joueurs, nous sommes là pour nous adapter et faire au mieux avec Philippe Bergeroo. Nous reconstruisons et nous n’avons pas de bons résultats. Le président a alors décidé de changer d’entraineur. C’était une saison compliquée avec des recrues étrangères qui ont eu du mal à s’adapter au niveau français (NDLR : Loeschbor, Fleurquin, Ivanov). Leur temps d’adaptation n’a pas été favorable à Philippe Bergeroo cette saison là.

En début de saison, vous êtes associé à Gabriel Loeschbor. Que pouvez vous nous dire de lui ?

C’est dur ce que vous me demandez (rires). C’était compliqué pour lui, il ne s’est pas facilement adapté au football français et européen. Sur l’aspect général, il n’avait peut-être pas les qualités pour jouer notre foot. Ses qualités propres au championnat d’Argentine n’étaient pas forcément adaptées à celles du championnat de France. Une erreur de casting, on peut dire les choses comme cela.

Saison très compliquée avec un changement d'entraineur en cours de saison et l'arrivée de coach Vahid.

Vahid Halilhodzic arrive à ce moment là pour sauver le club car nous sommes en très mauvaise posture avec peu de points en championnat (NDLR : 5 points en 10 matchs de Ligue 1). Il arrive avec une méthode très affirmée qui a marché quasiment partout où il est passé. Il a réussi son challenge puisque nous nous sommes sauvés. C’était une expérience supplémentaire avec un coach assez atypique dans son fonctionnement.

En 2003, Laszlo Bölöni arrive. Le club retrouve enfin des eaux plus calmes. Comment l'expliquez vous ?

C’est l’évolution du club dans son ensemble. Il y a eu des erreurs, tout le monde en a parlé avec des investissements colossaux certaines années. Puis François Pinault a décidé de couper le robinet et de laisser le club en autogestion sur l’aspect financier. Le club a appris à grandir de ses erreurs et a payé pour apprendre. En tenant compte de l’excellent centre de formation et de la qualité des gens qui ont dirigé le club, petit à petit nous avons avancé et la qualité des joueurs sur le terrain aussi. Rennes a réussi au niveau de la cohérence en ayant une certaine qualité de joueurs et des entraineurs qui ont leur part de responsabilité dans les succès. Cette cohérence a permis aux entraineurs d’avoir de bonnes équipes et d’être compétitifs. C’est une progression naturelle du club car il y a eu beaucoup de travail en amont. La réussite n’est pas due qu’à la qualité des entraineurs, il y a aussi eu de très bons joueurs à Rennes.

Vous souvenez-vous de votre dernier match avec Rennes ? Saviez-vous en le jouant que ce serait le dernier ?

C’était à Rennes contre Montpellier. Je crois que nous avions gagné 2-1, un truc comme ça (NDLR : 4-0 en fait). Pour tout dire, nous avions essayé de faire le transfert vers Toulouse en janvier lors du mercato d’hiver. Mais, Rennes ne voulait pas forcément terminer la saison sans moi et de mon côté, j’en étais au stade des discussions avec le TFC. C’était dans les tuyaux mais dans ma tête, je ne sais pas encore que c’est mon dernier match au Stade de la Route de Lorient. Le transfert se fait assez rapidement durant le marché mais pas avant la fin du championnat.

S’il ne fallait garder qu'un souvenir de votre passage à Rennes, quel serait il ?

Un seul souvenir (rires) ? Le meilleur souvenir, c’est ma première année au Stade Rennais avec une grosse osmose sportive. Mais, il y aussi des rencontres avec plein de gens, plein de joueurs. De grands joueurs que j’ai côtoyé comme Shabani Nonda au départ ou Petr Cech un peu plus tard et d’autres joueurs avec qui j’ai gardé de très bonnes relations aujourd’hui. J’ai gardé pas mal d’amis en Bretagne et je suis content d’y revenir. D’autant plus que mes trois enfants sont nés à Rennes, c’est important aussi !

"Je suis très fier d’avoir participé à ce que le Stade Rennais est aujourd’hui"

En 2007, Toulouse chipe la Champion's League au Stade Rennais lors de l'ultime journée. Ca vous a fait quelque chose ?

Je sais que Rennes est resté très amer de ce qui c’était passé. Mais nous à Toulouse, on a rien demandé à personne. Avant la dernière journée, nous sommes 6èmes. Sur le dernier match, on bat un concurrent direct Bordeaux (3-1) , Lens se plante à Troyes (3-0) et il y a Rennes qui se fait remonter à la dernière seconde contre Lille (1-1). Nous n’envisageons jamais la 3ème place ce jour là, elle nous tombe du ciel ! On la pique autant à Bordeaux, Lens ou Rennes ce soir là. Rennes a beaucoup contesté pour notre match gagné sur tapis vert à Nantes cette saison là. Mais nous, nous n’y sommes pour rien. À Rennes, il y a eu beaucoup d’amertume de ne pas jouer cette Champion’s League. À Toulouse, je peux vous dire que nous étions content de la faire. Si ces clubs là avait gagné leur match, comme ils étaient devant nous ils se seraient qualifiés à notre place. C’est le foot.

Maintenant que vous êtes en charge du recrutement des joueurs professionnels au Toulouse FC, vous arrive t’il d’être sur les mêmes pistes que le Stade Rennais ?

Oui bien sûr. En terme de grosseur de club, nous sommes un peu dans les mêmes eaux. Cela tourne sur les mêmes systèmes de fonctionnement. Nous nous attardons beaucoup sur la formation et forcément nous sommes concurrents sur le marché des joueurs car nous évoluons avec les mêmes enveloppes financières.

Quel regard portez vous sur le Stade Rennais actuel ?

Un regard forcément positif car il y a un gros travail qui a été fait. Je suis d’ailleurs très fier d’avoir participé à ce qu’il est aujourd’hui et à ce qu’il va peut-être devenir demain. Même si Rennes est un peu en avance en terme économique, Toulouse et Rennes sont dans la même problématique : celle de franchir le palier supplémentaire. C’est là que la marche est très très haute. J’ai l’impression que s’il n’y a pas un gros boost en terme d’investissement, c’est difficile de franchir un cap. Depuis 6-7 ans, Rennes peut jouer la Champion’s League ou l’Europa League chaque année mais c’est dur pour eux de passer ce cap là. Je ne sais pas si l’objectif actuel du club est de franchir cette étape ou de se maintenir dans les 6 meilleurs clubs français chaque année, ce qui est très louable aussi. Je n’ai pas la réponse, c’est les dirigeants rennais qui l’ont dont François Pinault. Aujourd’hui, Rennes est un très bon club français qui perdure sportivement dans ses résultats. C’est très bien.

Vous arrive t’il au quotidien d’évoquer le Stade Rennais avec Etienne Didot ?

Oui bien sûr ! Des petits Bretons, nous n’en avons pas beaucoup dans l’équipe (rires). À travers différentes pages de l’actualité sur ce que fait Rennes ou des joueurs que nous avons côtoyé ensemble là-bas, nous évoquons le club avec beaucoup de plaisir.

Le prochain Toulouse-Rennes du 22 septembre 2012, comment l'abordez vous ?

Forcément avec la volonté de le gagner même si avec Rennes, ce sont souvent des matchs difficiles et âpres parce que ce sont finalement deux équipes qui se ressemblent avec beaucoup de talent, de la jeunesse et beaucoup de profils intéressants qui s’opposent. C’est toujours très ouvert au niveau du résultat ou très fermé. Mais Toulouse va gagner !


Accéder à la fiche de Dominique Arribagé